Qui est Mutine ?

Fondée en 1997 par Pascal Ravach, Mutine est une compagnie de distribution dédiée à la Haute-Fidélité musicale, hors modes.
Un seul but: permettre aux mélomanes de vivre une expérience émotionnelle intense, une immersion musicale totale; "voir" des musiciens vivants... de la Musique, pas du "son"...
Cette approche, restée rare, partagée par peu de professionnels dans le monde, exige beaucoup de temps, de dévouement, de rigueur, de courage aussi, pour affronter la désinformation et les effets pervers du marketing moderne... mais le résultat vaut tous les efforts.

Présent, passé et... toujours

Les auditoriuserums
Depuis 2008, une maison très spéciale est en train d'être construite, dans les Laurentides au nord de Montréal.

Une maison bio-énergétique, solaire, à géothermie passive, totalement écologique mais offrant un aspect traditionnel.

Deux auditoriums, un labo, du stockage, une suite pour les invités... tout un projet, exigeant bien des explorations dans un domaine encore peu défriché.

Le premier auditorium fut terminé en 2015.

Le deuxième, le plus grand, sera prêt pour l'hiver 2018-2019.

Pascal Ruser2avach et Mutine
 

1974 - 1978, Belgique

Études: humanités supérieures en sciences, spécialisé en biologie et physique-mathématique.
Lettres: latin-grec, philosophie.
Musique: solfège, piano classique, surtout Beethoven, Chopin, Debussy, Fauré.
Hi-Fi: construit mes premières enceintes (bonnes) et mon premier ampli (mauvais).
Me suis rendu à vélo en Suisse (1400 km aller-retour) pour acheter ma première platine tourne-disque, une Lenco L75...
Choisi d'étudier l'écologie à l'université... mais cela n'existait pas encore.
Du coup, 2 ans de physique en étudiant libre à l'ULB (surtout la physique des particules, car j'étais intéressé à la fusion nucléaire, et contre la fission).

1978-1996, Suisse

1979: première implication professionnelle dans la Hi-Fi: conseiller audio dans un magasin.
Découverte de la prise de son binaurale par mon mentor Philippe (Nagra IVS, Neumann DN89).
Système personnel: Linn LP12/Ittok/Karma, MacIntosh, ESS AMT Monitor, câbles GBH.
Amélioration de la membrane du tweeter Heil AMT (amortissement, câblage, feutre sur le transfo).

1980: Gérant d'un auditorium concurrent.
Offre entre autre les marques Thorens, Rega, Logic, Linn, Nad, Naim, ESS, JMR, Jean Maurer, Nakamichi... et j'en oublie.
Achat de 2 paires d'ESS Transar 1.
Rencontre avec Oskar Heil, inventeur de l'AMT; il me propose de le rejoindre è son laboratoire en Californie; malheureusement, je n'ai pas eu le temps de le faire avant sa mort en 1994.

1981: revendeur indépendant; Thorens, SME, Rega, Linn, DNM, Electro-compagniet, MacIntosh, Naim, JMR, ESS...
Revendeur exclusif en Suisse de la platine Vecteur, d'où rencontre avec le Groupe Vecteur de Maurice Yetta. Premier bras unipivot.
Vente des électroniques Famco (préampli Nuance et ampli Plénitude); elles deviennent par la suite des Vecteur... puis des YBA modèles 3.
Premières pointes (enfin, premiers... clous), premiers cônes (j'ai encore ma boite de cônes Vecteur originale), premiers câbles audio coaxiaux... grande époque!
Rachat par Philippe des archives André Charlin; production par ses soins des six premiers LPs, lus sur ma Vecteur (avec le bras Lurné et une AKG 1000), transférés sur Natra T à 76 cm/s, purgés des griffes, édités. "Le boeuf sur le toit" de Darius Milhaud et "Les Vêpres monastiques russes" sont encore intéressants musicalement... en plus de la superbe expérience binaurale.

1984: fondation de "Présence Audio", magasin haute-fidélité, à Lausanne. Celui-ci connaît un succès incroyable dès le début, avec trois cent onze systèmes installés en 18 mois, uniquement par bouche à oreille.
Je l'ai revendu en 1986 quand je suis devenu un distributeur JMR; ce magasin existe toujours, maintenant à Genève.
Anecdote: Stefan Kudelski, le fondateur de Nagra, vient chez "Présence" tester son prototype de lecteur CD; les CDs n'étaient pas encore sur le marché à cette époque. Marcel Cellier était venu aussi, avec son disque "Le Mystère des Voix Bulgares" en LP et sur le CD pour le test. L'écoute sur la platine Vecteur écrasa de façon si spectaculaire la lecture CD, à la stupéfaction - et l'écoeurement - de Stefan, que Nagra reporta la sortie de son lecteur à des jours meilleurs (Kudelski le sortira en 2007).

1986: fondation de Lys SA, distributeur pour la Suisse pour les marques Jean-Marie Reynaud (JMR), Vecteur, etc,

1987: fondation de la succursale allemande, Lys GmbH, à Heidelberg.
Passe de JMR à Équation.

1988: rachat de la majorité des parts d'une distribution anglaise, Oxford Distribution, et d'une fabrication anglaise, Oxford Acoustics.

1989: Best British Design Award pour notre platine Crystal Reference.
Oxford Acoustics absorbe Inca Tech et développe une gamme complète de produits qui fait régulièrement la une de la presse spécialisée.
Je découvre Audiomat... un vrai choc.

1990: mon groupe est présent dans plusieurs pays d'Europe, développe des produits fascinants et emploie dix-neuf collaborateurs à temps plein.
Équation est le premier fabricant à avoir produit comercialement des enceintes à filtre série et employant les haut-parleurs céramiquea allemands.
Oxford Acoustics crée des produits innovants et d'une telle beauté que la presse anglaise nous surnomme "les B&O de l'audiophile".

1991-1993: le divorce de mon partenaire anglais, suivi du mien. ajouté à mon deuxième burn-out (on ne peut travailler 18 heures par jour sans en payer le prix, pas vrai ?) me poussent finalement à arrêter toutes les opérations et à donner mes 4 compagnies.
Je décide que plus jamais je ne travaillerai autant, et que si un jour je revient vers la Haute-Fidélité, ce sera avec une petite entreprise !

1993-1995: 2 ans d'études à l'université de Genève; musicologie, linguistique, sinologie. Années merveilleuses... si je pouvais passer ma vie à étudier, je le ferais !

1996-présent, Canada

1996: installation à Montréal, QC.

1997: fondation de Mutine Inc. au Canada puis de Mutine Corp. aux États-Unis.
Distributeur exclusif pour actinote, Audiomat, Équation.
Tentative de commencer doucement, mais le marché nord-américain est nerveux... le succès vient vite, surtout avec Audiomat..
14 journalistes équipés avec des produits Mutine... payés, et non prêtés comme presque toujours!

2000: Audiomat France n'arrive pas à livrer assez pour mes marchés.
Comme j'ai déjà une expérience de fabrication avec Oxford Acoustics, ils proposent que nous fabriquions les amplificateurs et les préamplificateurs phono ici au Canada.

2001: nous fabriquons les produits Audiomat, sous license, dans nos locaux, d'abord à Laval, puis dans un superbe bâtiment à Blainville, QC.
Le réseau nord-américain se développe, atteignant 110 revendeurs, dont cinq que nous considérons comme les meilleurs.

2004: distribution de CEC.

2005: Christian, le fondateur d'Équation nous demande de reprendre la recherche et la fabrication de ses enceintes. Nous commençons le développement de la génération suivante.

2007: Christian perd tout intérêt pour Équation... il a découvert Duevel.
Il me faut un an pour me convaincre (d'où le salon FSI 2007 avec les Équations... et le FSI 2008 ave les Duevel).

2008: après trente ans dans le métier, je prends une semi-retraite, pour reprendre le travail géopolitique de mon père, et pour démarrer mon rêve de longtemps: me construire une habitation bio-énergétique, solaire, à faible empreinte carbone, avec des auditoriums dédiés, un labo, du stockage, une suite pour les clients invités, un studio photo et des espaces de bureau.

2015: le premier auditorium est lancé.

2018: le deuxième auditorium est en voie d'être achevé.

Haut de page.

L'Art de l'écouteuser1
La Musique n’est que l’organisation du Silence

Écouter…. Peu d’humains écoutent.
Souvent, ils entendent seulement.

Écouter, c’est être attentif.
Ne faire que cela. Pas en lisant, pas en surfant sur le Net, pas en bricolant. Écouter, tous sens ouverts…
Non seulement percevoir les sons, mais les décoder. Leur attribuer une signification, chercher leur sens le plus profond. Laisser éclore les résonances qui naissent en nous.

Écouter, c’est être disponible.
S’offrir à la musique. Laisser tomber le masque, oublier ses douleurs, ses soucis. Être vrais avec nous-mêmes.

Écouter, c’est apprendre.
Découvrir chaque jour de nouveaux sons, de nouvelles harmonies, venant de partout dans le monde.

Écouter, c’est partager.
Plus que les mots, la musique est un langage universel.
Elle lance des ponts entre les êtres et les choses.

Écouter, c’est comprendre.
La musique, les sons, venant des êtres, des objets, de la nature, nous connectent au plus profond du mystère de l’existence.
Tout « nous parle »… chants des baleines, vagues qui roulent sur les rochers, vent dans les arbres, clapotis de la rivière, musique des humains… qui n’est qu’une petite partie de la grande partition de la vie, faut-il le rappeler ?
Écoutez une musique de film sans les images…
Maintenant, regardez un film sans la bande-son.
Petite expérience simple, qui nous rappelle à quel point l’audition est essentielle pour nous.

N’oubliez jamais : si nos oreilles n’ont pas de paupières, c’est que la Vie l’a voulu ainsi. La vision, pourtant si privilégiée de nos jours, est « cadrée »… en fait, encadrée. L’audition, elle, s’étend comme une sphère tout autour de nous, et porte bien plus loin.
Pour nous qui vivons des vies aliénées, déconnectés de la nature, abrutis par la mécanisation à outrance, écouter c’est revivre.
Concrètement, quelles sont les implications dans notre domaine, la haute-fidélité?

Il faut cesser de seulement décortiquer les sons pour la fascination qu’ils exercent sur nous. Cette esthétique a sa justification, et offre aussi de beaux moments de plaisir, mais elle ne représente pas la fin en soi. Notre guide principal doit être la capacité de nos systèmes à nous faire vivre les émotions et l’enseignement de la musique.
Pour y parvenir, il n’est pas inutile de développer une méthodologie d’écoute.
En premier lieu, intégrer les notions d’objectif et de subjectif, de rigueur et de poésie. Un livre clé, simple et clair sur ces domaines est présenté dans notre section Littérature: le « Traité du zen et de l’entretien des motocyclettes » de Robert M. Pirsig.

Beaucoup d’audiophiles choisissent leurs produits sur des bases très subjectives (loyauté aveugle à certaines marques, effets de modes, préconceptions sur les divers choix technologiques), tout en se convainquant d’être rationnels; puis ils écoutent « en audiophiles », avec leur cerveau logique.
C’est l’inverse qui doit se produire : il faut « garder la tête froide » devant les produits; ce ne sont que des objets techniques, parfois magnifiques en eux-mêmes, mais avant tout au service d’un Art, la Musique.
La fascination excessive pour les objets technologiques est un des errements de notre « civilisation »; c’est le comportement d’enfants gâtés et perdus, qui se focalisent sur « l’avoir » au lieu de « l’être ».

Assembler un système se fait de manière calme, rationnelle… et simple : jugez le produit comme vous jugeriez un piano... ou un plat cuisiné.
Pour le piano, personne au monde, du débutant au musicien accompli, n’est assez naïf pour demander quelle tension est appliquée sur les cordes, quelle marque de feutre est employée pour les marteaux, à quelle température le vernis est appliqué.
L’acheteur joue sur le piano, écoute… et décide.
Pour le plat cuisiné, c’est la même chose : a-t-on besoin de demander au cuisinier la marque de ses couteaux, de ses fours, s’il a coupé d’abord ses légumes ? Non, le jugement global se fait au résultat.

Quant à l’écoute… elle doit faire « parler les sens ». La Musique doit nous émouvoir, nous transporter, nous instruire, nous laver de nos soucis, et bien plus encore…

Il faut être en harmonie avec ses émotions, ouverts d’esprit, et disponibles. Le secret, c’est de juger un système avec un langage mental de musicien, pas d’audiophile. Tant que nous en sommes à décortiquer le registre aigu, par exemple, nous ne sommes pas connectés au contenu musical, mais à sa « surface ».

Pour y parvenir, la meilleure voie reste de se rendre régulièrement à des concerts de musique vivante. Un simple musicien de rue fait l’affaire, si l’accès à une bonne salle de concerts est difficile ! Des instruments non amplifiés – et ceci inclus bien sûr la voix, dont notre cerveau garde une empreinte si fiable – sont préférables, pour éviter d’ajouter une étape de reproduction électronique.

Comme toute démarche profonde, la quête d’un système de reproduction musicale n'a pas de fin. Comme le disent les taoïstes, le but importe peu; c’est la promenade qui est magnifique !

Pascal Ravach

L'Art de l'Écoute est un texte que j'ai écrit au début des années 80 pour expliquer mon approche de la Haute Fidélité. Je l'ai ajouté à mon site car je constate chaque jour qu'il est plus que jamais d'actualité !
 

Haut de page.